• isia

La déforestation c'est aussi en Europe !



La Roumanie abrite encore de vastes régions de forêts – environ deux tiers des forêts primaires et naturelles de l’Union européenne en dehors de la Scandinavie. Ces forêts sont des hauts lieux de la biodiversité, elles abritent de nombreuses espèces endémiques et en danger, elles sont l’habitat des ours bruns, des loups et des lynx. 60% sont des espèces protégées: parcs et réserves naturelles, sites Natura 2000.

Ces forêts contiennent des arbres millénaires qui purifient l’air, enrichissent les sols, régulent les pluies et préservent l’eau, constituent une richesse inestimable pour l’Humanité.

Leur destin est menacé par les appâts financiers, elles subissent le même sort que les forêts primaires équatoriales, et tout comme l’Amazonie, elles disparaissent peu à peu sous les coups des tronçonneuses . En un peu moins de quinze ans, c’est quasiment la moitié des forêts vierges connues et répertoriées qui a disparu. (1)

Ce drame environnemental d’envergure européenne – les forêts vierges de Roumanie étant à l’échelle européenne ce que la forêt amazonienne est à l’échelle mondiale – reste encore largement méconnu.

L’étude Pin Matra avait identifié en 2005 plus de 200 000 hectares de forêts vierges. Dans le Catalogue national des forêts primaires, on n’en retrouve que 30 000. Cela confirme la faible ambition du gouvernement roumain de protéger sérieusement ces forêts. Un des critères pour entrer dans le catalogue, par exemple, est que les forêts doivent être totalement intouchées. Pour exclure ces hectares de forêts vierges du catalogue, il suffit donc d’y abattre quelques arbres: les forêts n’étant alors plus intactes, elles disparaissent du catalogue et ne sont plus protégées. L’Office national des forêts, Romsilva, est très impliqué dans ces manœuvres. Sa mission est pourtant de protéger les forêts mais il devient de plus en plus évident qu’il gère les trésors naturels que renferment les Carpates comme une marchandise à exploiter.

La fondation EuroNatur, basée en Allemagne, et sa partenaire roumaine Agent Green travaillent main dans la main depuis plusieurs années pour la protection des forêts primaires et naturelles de Roumanie. Elles ont rassemblé des preuves de coupes de bois illégales, également dans les domaines protégés. En 2008, elles sont tombées sur les données non validées du deuxième inventaire forestier national roumain. Les chiffres sont ahurissants: plus de la moitié des 38 millions de mètres cubes coupés chaque année ne s’appuie sur aucune autorisation.

Un autre problème est le manque de traçabilité lors des transports de bois. Les mêmes entreprises de transport sont souvent utilisées pour plusieurs chargements, ce qui permet de démultiplier la quantité de bois autorisée à être coupée et transportée. Et en cas de contrôle, le transporteur possède une autorisation valable. Même s’il est obligatoire de préciser la provenance du bois, bien souvent tout est mélangé dans les hangars de stockage afin de brouiller les pistes sur l’origine exacte du bois coupé. C’est ainsi que l’on retrouve dans les scieries des hêtres vieux de 500 ans, sortis de parcs naturels ou de zones protégées.

EuroNatur et Agent Green observent régulièrement des coupes de bois dans les parcs nationaux, dans les zones tampons autour des sites classés patrimoine naturel de l’Unesco et dans les sites Natura 2000. En plus de leurs actions contre les propriétaires de forêts devant les tribunaux nationaux, EuroNatur et Agent Green, en collaboration avec l’organisation Client Earth, spécialisée dans le droit environnemental, se sont également tournés vers l’Europe.

Dès la fin de l’été 2019, ils ont déposé en premier recours devant la Commission européenne au sujet de l’absence de contrôle du respect des normes environnementales. Sur place, en effet, les autorisations de coupe sont délivrées sans aucun contrôle préalable. Cela va à l’encontre du droit européen en vigueur.

Les trois associations travaillent actuellement sur un prochain recours, axé sur les sites de Natura 2000. EuroNatur et ses partenaires cherchent à stopper les coupes sur les sites Natura 2000, comme ce fut le cas à Bialowieza2 où la sentence de la Cour de justice européenne permit de faire interdire les coupes. En plus du travail de lobbying et de communication à l’échelle roumaine et à l’échelle européenne, ces leviers juridiques représentent une part importante du travail d’EuroNatur et d’Agent Green.

Pour informer sur la situation actuelle en Roumanie, ils ont lancé la campagne Save Paradise Forest.

(1) En 2019, la fondation EuroNatur publie l’étude Primofaro (Primary and Old growth Forest Areas of Romania, les forêts primaires et anciennes de Roumanie)

6 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

© 2019 par ncdisia Créé avec Wix.com

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now